Dahess and Al Mamun Monlau in the spotlight

DAHESS ET AL MAMUN MONLAU SOUS LE FEU DES PROJECTEURS

Pending the resumption of racing in France, the may edition of The French Purebred Arabian by Jour de Galop selected fifteen French four-year-olds worth following in 2020, with 40% of them either from our stallions or running under our colors. As we all look very much forward to see them on the track, some extracts to keep you waiting: Among the best stallions in the world and a sire of an unprecedented number of international Group/Graded horses, DAHESS needs no introduction. On the track, he collected 28 wins in 5 different countries, including 13 G1-PAs, and his progeny continue to impress each single season. Among the exciting charges in 2020 are Haif Mohammed Al Ghatani-bred JARIF and Al Najaifi Racing-bred NENAWA:  “A €180,000 buy back at the 2018 ARQANA PA sale, JARIF (DAHESS) has plenty to commend him, and not least the fact that his dam, the highclass Kiss de Ghazal (Dormane), was a multiple Gr1 PA winner. She was also an authentic champion. A latecomer as regards going into training, JARIF made his debut in the French Arabian Breeders’ Challenge pour Poulains (Gr2 PA), finishing sixth at Toulouse on September 6th. On his subsequent start, he faced the élite of his generation, and only gave best to Amyr du Soleil (Amer) in the Qatar Arabian Trophy des Poulains (Gr1 PA). Blessed with "a fantastic attitude and a physique to match", according to trainer Élisabeth Bernard, he should develop into a very smart 4-year-old”.  “Regally bred, NENAWA is a half-sister of Ghazwa (Zawam) – the winner of the Malazgirt Trophy (Gr1 PA). Racing in the same colours as the latter, she made her debut in October, and was pitched in at the deep end after being required to tackle the Prix Nevada II (Gr3 PA). Her reputation preceded her as NENAWA (DAHESS) started favourite! Despite failing to meet expectations, she deserves a reprieve this season. Clearly better than what she showed, we eagerly await her return to the racecourse”. Multiple G1-PA winner from a most attractive sire line, AL MAMUN MONLAU lost his maiden tag in the G1-PA Qatar Total Arabian Trophy des Poulains before scoring the coveted G1-PA Dubai Kahayla Classic and President of the UAE Cup-Coupe d’Europe des Chevaux Arabes at 5. Among his progeny aged four figures our talented homebreds SNAN and AJAWEED entrusted to trainer Thomas Fourcy:  “The winning margin may only have been a short head but the impression was a lasting one, and it applies to SNAN (AL MAMUN MONLAU) in the wake of his successful debut on the fibresand at Pau on january 28th. Having languished towards the rear for a long way, and made headway as the field turned for home, he exuded promise after getting on top of the situation at the death. His trainer has never hidden the fact that his charge was still a bit laid back on that occasion, and that he would be all the better for racing on grass. He hails from the female line of the much heralded Nevadour (Ourour)”.  “Here was a tale of consistency that was rewarded! Hailing from a maternal line which has generated, amongst others, the likes of Tabarak (Nizam), AJAWEED (AL MAMUN MONLAU) first saw the racecourse in July last year. Fourth on that occasion, she has since made the first three in all her subsequent starts. Having finished behind a number of horses which were to prove themselves at the top level, the Thomas Fourcy charge finally got her just desserts at the backend when landing the Prix Ourour (L PA), and the fact that the win was achieved on testing ground is also a plus. She should go on from this”.  In the elitist rank of the exciting four-year-olds for the 2020 season are also our homebred MEETHAG and our colour-bearer bred by Nada Mousalli and Hassan Mousli JOUD AL CHAM: “It would be an understatement to say that she has vindicated her pedigree page. Providing her sire, the high class performer Dahor de Brugère (DAHESS), with his first PA Group winner, and out of the renowned Al Nachmiya (Azadi), whose record on the track and in the breeding shed speaks for itself, MEETHAG (Dahor de Brugère) proved imperious in her first two career starts, including the Qatar Coupe de France des Chevaux Arabes (Gr2 PA) at Chantilly. She then found only her stablemate Lady Princess (General) too good when seeking an apotheosis of sorts in the Qatar Arabian Trophy des Pouliches (Gr1 PA) after getting beaten less than a length”.   “Out of a half-sister to the useful Saklawi Jadrane (Kesberoy), JOUD AL CHAM (Azadi) is a graduate of the Hassan Mousli breeding academy. Having been kept under wraps, he only saw the racecourse once last season after making his debut at Toulouse in November. In sticky ground, he appeared progressively on the scene after initially bringing up the rear, before going on to easily stamp his authority in the latter stages. Even taking into account the fact that the opposition were hardly ‘world beaters’, he left a very good impression. He will improve and should become an excellent 4-year-old”.  Picture: DAHESS by Zuzanna Lupa Photography


En attendant la reprise des courses en France, l'édition de mai de The French Purebred Arabian par Jour de Galop a selectionné les quinze meilleurs pur-sang arabes français âgés de quatre ans à suivre en 2020. Parmi eux, pas moins de 40% sont issus de nos étalons ou défendent nos couleurs. Nous sommes plus qu’impatients de les retrouver sur les pistes et pour vous faire patienter encore un peu, voici quelques extraits de la revue :  Figurant parmi les meilleurs étalons du monde et père non égalé de vainqueurs de Groupe à travers la planète, DAHESS ne nécessite plus d’introduction. En piste, il a remporté 28 courses dans 5 pays différents, dont 13 G1-PA, et sa descendance continue d’impressionner chaque saison. Parmi les quatre ans français les plus en vue peuvent être cités NENAWA et JARIF, respectivement élevés par Haif Mohammed Al Ghatani et Al Nujaifi Racing :  « Bien née, cette sœur utérine de Ghazwa (Zawam), lauréate du Malazgirt Trophy (Gr1 PA) pour les mêmes couleurs, a débuté en compétition en octobre dernier, directement dans le Prix Nevada II (Gr3 PA). Estimée, NENAWA (DAHESS) s’est élancée favorite au betting ! Même si elle n’a pu donner satisfaction à ses supporters ce jour-là, elle mérite d’être revue cette saison. Elle vaut mieux sans doute mieux que cela et on a hâte de la revoir en piste ». « Ayant fait monter les enchères à 180.000 € aux ventes ARQANA 2018 de Pur-Sang Arabes (avant d’être racheté), JARIF (DAHESS) ne manque pas d’attirer l’attention, étant un fils de la championne Kiss de Ghazal (Dormane), une multiple gagnante de Grs1 PA. Une vraie crack. Arrivé tardivement à l’entraînement, JARIF débute en compétition le 6 septembre à Toulouse, à l’occasion du French Arabian Breeders’ Challenge pour poulains (Gr2 PA), terminant sixième. Lors de sa deuxième sortie, il affronte l’élite de sa génération, ne trouvant qu’Amyr du Soleil (Amer) pour le devancer dans le Qatar Arabian Trophy des Poulains (Gr1 PA). Doté « d’un psychisme fantastique et d’un modèle hors du commun » selon son entraîneur, Élisabeth Bernard, il devrait faire un très bon 4ans ».  Multiple vainqueur de G1-PA et issu d’une lignée paternelle hors pair, AL MAMUN MONLAU a ouvert son compteur de victoires le week-end de l’Arc en remportant le G1-PA Qatar Total Arabian Trophy des Poulains, avant de s’adjuger les G1-PA Dubai Kahayla Classic et President of the UAE Cup-Coupe d’Europe des Chevaux Arabes à cinq ans. Parmi ses talentueux produits âgés de quatre ans sont cités nos élèves SNAN et AJAWEED confiés à Thomas Fourcy :  « Sa victoire n’a été obtenue que d’une courte tête mais l’impression laissée ce jour-là ne trompait pas. Le 28 janvier dernier, sur la piste fibrée paloise, SNAN (AL MAMUN MONLAU) effectuait ses débuts en compétition. Longtemps dans la dernière partie du peloton, il a progressé à la sortie du tournant final, venant dominer tout à la fin dans un style prometteur. Son entraîneur ne cachait d’ailleurs pas que son pensionnaire était encore un peu froid et qu’il serait encore meilleur sur le gazon. Sa souche maternelle est celle de la célèbre Nevadour (Ourour) » « La régularité récompensée ! Issue d’une souche maternelle qui a donné de très bons chevaux comme, entre autres, Tabarak (Nizam), AJAWEED  (AL MAMUN MONLAU) a effectué ses débuts en compétition en juillet 2019, terminant quatrième, avant de ne plus jamais quitter les trois premières places lors de ses sorties suivantes. Devancée à plusieurs reprises par des chevaux qui allaient s’avérer de premier plan, la pensionnaire de Thomas Fourcy ne pouvait trouver meilleure compensation en ouvrant son palmarès en fin de saison à l’occasion du Prix Ourour (L PA), dans un terrain difficile qui plus est. Elle ne devrait pas s’arrêter là ». Dans les prestigieux rangs des quatre ans les plus en vue de la saison, notre protégée MEETHAG et JOUD AL CHAM qui fut élevé par Nada Mousalli et Hassan Mousli et qui défend nos couleurs, se sont tous deux également octroyés une bonne place :  « C’est peu dire qu’elle a fait honneur à son pedigree. Première gagnante de Groupe PA de son père, le champion Dahor de Brugère (DAHESS), et fille de l’illustre Al Nachmiya (Azadi), une championne sur la piste comme au haras, MEETHAG (Dahor de Brugère) s’est montrée impériale lors de ses deux premières sorties, remportant notamment la Qatar Coupe de France des Chevaux Arabes (Gr2 PA) à Chantilly. Elle n’a trouvé que sa compagne d’entraînement Lady Princess (General) pour la priver du sacre dans le Qatar Arabian Trophy des Pouliches (Gr1 PA), s’inclinant par moins d’une longueur ». « Issu d’une sœur utérine du bon Saklawi Jadrane (Kesberoy), JOUD AL CHAM (Azadi) porte la marque de l’élevage d’Hassan Mousli. Préservé, il n’a couru qu’à une seule reprise l’an passé, débutant en compétition le 20 novembre à Toulouse. Dans un terrain collant, il est venu tout en progression de l’arrière-garde, pour faire facilement la différence dans la phase finale. Même si le lot n’était pas forcément extraordinaire, l’impression visuelle a été très bonne. Il va se bonifier et devrait faire un excellent 4 ans ».  Photo : DAHESS dans l’objectif de Zuzanna Lupa